Le trek de l'Annapurna : les étapes

By Fanny — Posted in Depaysemoi on

Depaysemoi Sport Népal Expérience Nature Trek

Avant même de poser un pied au Népal, nous avions pour objectif d’y faire un trek de plusieurs jours. Comme beaucoup, on avait entendu parler de l’ambiance particulière qui y règne, des magnifiques paysages, etc. Bref, on s’y voyait déjà, et on ne comptait pas passer à côté.
Une fois sur place, notre choix s’est rapidement porté sur le trek de l’Annapurna (l’Everest ça sera quand on aura monté en compétences et matériel).
Le trek de l’Annapurna est l’un des plus connus, et l’un des plus pratiqués du Népal. Considéré comme l’un des plus beaux du monde, il se trouve dans le centre de l’Himalaya. Il demande beaucoup moins d’entraînement et de matériel que la montée de l’Everest le rendant accessible à la portée de presque tout le monde. Mais attention, cela demande pas mal d’effort et de volonté !
Le trek fait bien 200 km et monte jusqu’à 5416m avec le fameux passage qui le caractérise : Thorung la Pass. On ne peut pas dire que c’est rien, et nous ne sommes pas peu fier d’avoir réussi !

Nous voulions le faire avec un petit challenge sportif, à comprendre faire des bonnes journées de marche et surtout en portant nos sacs nous-même. Nous l’avons également fait sans guide.

À travers cet article, on partage avec vous les étapes de notre trek, à savoir qu’elles ne font pas office de vérité absolue, car elles changent en fonction de chacun, de votre rythme, vos envies, etc.

Pour des conseils complets sur le trek que cela soit l’organisation, le matériel, le budget, la sécurité, etc. On vous conseille de lire l’autre article que l’on a fait dessus :

Les étapes du trek de l’Annapurna :

Jour 1 Pokhara - Bhulbhule (840m) :

On quitte Pokhara en milieu de journée, comme beaucoup, on passe cette 1re journée dans les transports. Après quelques heures ballotés de tous les côtés, on arrive à Besi Sahar, où certains commencent le trekking, comme la nuit est déjà tombée, on continue jusqu’à Bhulbhule à quelques kilomètres de là afin de prendre un bon départ le lendemain et surtout, cela nous évitera ainsi de marcher au bord de route.
On est à moins de mille mètres d’altitude, et déjà, on sent la fraîcheur nocturne des montagnes. Tout emmitouflés dans nos gilets, nous passons notre 1re nuit dans une lodge à discuter avec la famille népalaise qui nous fait goûter le roxy - l’alcool local artisanal. On ne se couche pas trop tard, car demain, le trekking commence avec lui, une journée de marche.

Jour 2, Bhulbhule (840m) - Jagat (1300m), 7h de marche :

Après un petit-déjeuner léger, nous partons pour notre 1re journée de marche avec pour objectif de parcourir 16 km. Chaque pas nous amène toujours plus haut, et nous voyons déjà le paysage changé. La végétation est dense, et nous passons nos 1ers ponts suspendus. On ne va pas se mentir, cette 1re journée est dure, surtout pour moi, j’ai du mal à m’harmoniser avec mon sac à dos et mes chaussures de marche (je suis une va nu pied, les chaussures me perturbent). Et puis, ça grimpe pas mal ! Mais quel plaisir après une montée d’arriver dans un village isolé, comme hors du temps.
On finit par arriver à la lodge Nepali Kitchen qui attire notre attention, en plus elle est à quelques mètres de sources d’eau chaude ! On jette donc notre dévolu sur cette lodge où nous passerons la nuit. On y goûte notre premier Dal Bhaat, et qu’est ce que c’est bon ! Ce repas veg ou non, est plein de petits plats dans une grande assiette : riz, patate/poulet au curry, légumes… C’est bon et c’est chaud, rien de mieux. On vient de découvrir un repas typique du Népal qui reviendra longtemps pendant notre trekking.
On ne peut que vous conseiller de vous arrêter à Nepali Kitchen, le couple de propriétaires est adorable, la cuisine et l’endroit juste parfait, et le mari nous a fait découvrir des plantes locales : pour cuisiner, se soigner, etc. Ils vivent avec ce qui les entourent, et ça, c’est quelque chose que Nils et moi, on adore. On regrette de ne pas être resté quelques jours de plus pour profiter de leur enseignement. En plus, l’emplacement est magnifique, a côté d’une rivière et d’une cascade.

Annapurna - Népal

Annapurna - Népal

Annapurna - Népal

Jour 3, Jagat (1300m) - Dharapani (1860m), 8h de marche :

On commence la journée au petit jour avec les sources d’eau chaude, magique pour les jambes encore endolories de la veille.

Attention a vos bijoux qui peuvent change de couleur avec le souffre ! J’ai eu un petit coup de frayeur avec les miens, mais un bon passage à l’eau claire a enlevé cette couleur huileuse-arc en ciel.

Cette journée n’est que de la montée ! On en voit plus le bout, mais heureusement, on s’accorde des pauses thés bien réconfortantes avec ce que l’on a apporté avec nous (nous avons pris un petit réchaud, mais sachez qu’il y a aussi des tea houses sur la route).
Des chiens nous accompagnent sur des bouts de routes, on croise chevaux et buffles en complète liberté qui nous suivent des yeux, habitués au passage. On s’improvise même bergers quelques minutes le temps d’aider un Népalais avec ses chèvres. On traverse Tal, un petit village au bord d’une rivière, les paysages s’enchaînent et commencent à changer au fur et à mesure que l’on monte progressivement. On retrouve des visages familiers que l’on croisera plusieurs fois au cours du trek.
On atteint Dharapani en fin d’après-midi, et on choisit la guesthouse : Manaslu Hotel & Restaurant pour y passer la nuit. Ce n’est pas la meilleure que l’on a fait, mais on peut prendre une douche presque tiède et un repas chaud ! Alors on ne va pas se plaindre.

Annapurna - Népal

Annapurna - Népal

Annapurna - Népal

Annapurna - Népal

Jour 4, Dharapani (1860m)- Timang (2750m), 7h30 de marche :

Une journée plutôt tranquille où l’on a pris notre temps pour s’émerveiller devant les paysages. On a le droit à quelques averses, mais rien de bien méchant. Les villages sont encore plus beaux, isolés de tout, sorti de nul part.
Les visages des habitants changent en même temps que les paysages, leurs traits deviennent de plus en plus typés tibétains, on sent que progressivement, on approche du Nord.
La dernière partie du trajet est presque un peu de l’escalade (nous avons choisi le passage plus dur pour un peu de défi !), mais cela vaut le coup, on arrive à un très beau point de vue, où l’on s’arrête quelques minutes pour l’apprécier. On poursuit notre route jusqu’à Timang, au départ, on voulait s’arrêter à Thanchowk, mais la météo a commencé à changé et on a suivi les conseils des locaux qui nous disaient qu’il valait mieux s’arrêter. Et bien, ils n’ont pas eu tord, car peu de temps après la pluie tombe rudement, amenant avec elle une brume qui nous empêche de voir les montagnes qui entourent notre guesthouse Oasis.

Annapurna - Népal

Annapurna - Népal

Annapurna - Népal

Annapurna - Népal

Jour 5, Timang (2750m) - Chame (2670m), 2h de marche :

Au petit matin, la vue est complètement dégagé et on peut admirer les montagnes tout autour de nous, c’est magnifique. Le temps de prendre notre petit-déjeuner et le temps change, laissant place à la pluie. Elle nous accompagnera toute la journée. Nils avait insisté pour que l’on achète des pantalons étanches à glisser par-dessus nos pantalons de rando pour continuer à marcher en cas de mauvais temps. Et bien, il avait bien fait d’insister, car on s’en est servi toute la journée, ainsi lorsque l’on arrive à Chame, nous sommes secs ! Bien joué Nils.
Chame est l’endroit que l’on a le moins aimé de tout le trekking, on dirait une mini ville, pas très jolie en plus de cela. Cela fait très « passage obligé », cependant, on a pu y retirer un peu d’argent : certaines boutiques possèdent de quoi payer en carte bleue, vous payer par ce biais, et on vous rend du liquide.

Si jamais, vous fumez un peu d’herbe (vous verrez que bien que normalement interdit il y a des magouilles qui rendent ça tolérable), mieux vaut éviter à Chame. C’est le seul endroit où même les locaux évitent, car la police ne fait pas de cadeaux et en plus des personnes dénoncent pour une certaine récompense financière.

Annapurna - Népal

Annapurna - Népal

Jour 6, Chame (2670m) - Lower Pisang (3200), 5h de marche :

La nuit a été froide ! On apprécie encore d’avantage un bon et chaud petit déjeuner avant de reprendre la route. Objectif : Upper Pisang ou Lower Pisang.
Au début, le chemin n’est pas le plus beau, mais on finit par arrivé sous le couvert des arbres d’une belle forêt, où l’on se fait doubler par quelques cavaliers sur leurs montures apprêtées avec des couleurs chatoyantes. En pleine forêt, on tombe sur des petites boutiques sorties de nul part qui vendent des produits artisanaux, principalement des bijoux. Je craque sur un bracelet en turquoise et Nils sur deux colliers sculptés. Chacun s’offre mutuellement le coup de cœur de l’autre.

Ne craquez pas sur la première boutique que vous verrez, il y en a d’autre derrière.

Après avoir grignoté quelques fruits secs auprès de chevaux et yacks, on continue notre route en prenant le chemin pour Lower Pisang (de loin, Upper Pisang nous semblait moins joli que Lower Pisang, du moins la route pour y aller en tout cas). Il est 14h lorsque l’on arrive, on aurait pu continuer un peu, mais l’endroit est très sympa, et l’on fait connaissance d’un groupe de Français que l’on croisera souvent. Nous déposons donc nos sacs à la lodge Moonlight.
À partir de ce point, il est préférable de ne pas couvrir de trop grandes distances pour laisser le corps s’habituer à l’altitude.

Annapurna - Népal

Annapurna - Népal

Annapurna - Népal

Jour 7, Lower Pissang (3200) - Manang (3540m), 5h de marche :

Monté à Upper Pisang, permet de s’épargner la peine de commençait la journée avec une montée (très) raide d’au moins 30 min. Mais bon, c’est le jeu alors on grimpe !
Les forêts verdoyantes laissent la place à un paysage montagneux et sec. Les pics enneigés deviennent de plus en plus visibles, notre objectif approche doucement, mais sûrement.
Pour aller à Manang, il y a deux chemins, un disons plus facile et plus court dans le sens où il n’y a pas de montée violente ni de détour qui prend environ 5h, et un autre plus difficile où il faut bien compter 7h de marche, mais qui parait-il offre un beau point de vue. Si au début nous étions plus que motivés pour ce dernier, le temps couvert avec une promesse de pluie à la clef, nous a un peu calmé. On prend donc le chemin « plus facile ». Des grandes plaines avec des chevaux en liberté sont nos lieux de pauses. On fait un petit détour par Braga, où l’on trouve des vieilles habitation et un monastère. Tout semble en ruine et abonnés, il y a même des os qui jonchent le sol, pourtant, on aperçoit des traces de vie, prouvant que l’endroit est habité.
Sur la ligne droite menant à Manang, des grottes troglodytes, sont creusés dans les falaises abruptes qui nous entourent. Le paysage semble s’être transformé soudainement, on ne trouve plus d’arbres tout est beaucoup plus aride. On arrive à Manang vers 13h30, et l’on s’arrête à Nilgiri guesthouse, un petit coup de cœur et la seule qui a bien voulu respecter ce que l’on fait depuis le début : la chambre gratuite en échange de manger sur place.
On part rapidement explorer Manang dont on nous a tant parlé, surtout comme un lieu où l’on peut trouver des bonnes viennoiseries. Et c’est exact ! On trouve plusieurs boulangeries un peu partout, et même si cela ne vaut pas nos bonnes viennoiseries françaises (je sais la phrase est cliché, mais c’est vrai !), ils se débrouillent pas mal du tout. Certaines salles proposent aussi des films avec pop-corn pour ceux qui ont un petit désir cinématographique.
On craque rapidement pour la nourriture qui nous entoure y comprit le fromage de yack, (après une rapide analyse il nous semblait plus que frais), et il ne faut pas traîner, car cela part vite. C’est aussi l’occasion pour nous de prendre une douche, une fois de plus presque tiède, mais cela fait du bien (si tu traînes pas pour t’habiller après), en plus se sentir propre n’a pas de prix !

Annapurna - Népal

Annapurna - Népal

Annapurna - Népal

Annapurna - Népal

Jour 8, acclimatation à Manang :

Comme beaucoup, nous passons une journée entière à Manang afin de s’acclimater à l’altitude.

Attention !

Le mal d’altitude peut commencer à se faire sévèrement sentir à ce point. N’hésitez pas à redescendre si cela ne passe pas.

Nils et moi partons en exploration hors du centre, et cela nous permet de vivre un moment mystique qui nous laissera un souvenir pour toujours.
Alors que l’on déambule entre des vieilles habitations, qui ont vu sur le lac aux magnifiques couleurs bleues glacées en contrebas, on est attiré par le passage d’un moine sortant d’un vieux bâtiment aux peintures passées, mais encore lisibles. En haut de l’entrée, on peut lire « Ici se trouve le livre écrit par Bouddha », plus que curieux, on passe la tête pour voir une cour intérieure menant au temple, on nous invite gentiment à rentrer, et après avoir admiré les Jātakas, des épisodes illustrés des nombreuses vies antérieures du Bouddha, on jette un coup d’œil à l’intérieur où une cérémonie religieuse est en cours, hommes et femmes sont assis devant des moines. Respectueux, on s’éloigne un peu, mais on est repéré, et on nous invite à rentrer. On ne se fait pas prier, et aussitôt, on est guidé sur des petits coussins, entourés de locaux qui nous sourient et nous jettent des regards curieux entre deux prières.
Nous avons l’impression d’être dans un autre monde, la bâtisse semble tellement ancienne, des vieux parchemins, sûrement de prières, sont enroulés et entreposés dans des étagères, des peintures écaillés aux couleurs ternis revêtent complètement les murs. Nils et moi sommes ébahis, encore plus lorsque l’on nous offre un thé Chaï, bien chaud. On ne nous traite pas différemment, on est accueilli si chaleureusement que l’émotion nous prend à la gorge. On profite de l’ambiance pour se détendre et se laisser imprégner par tout ce qui nous entoure. Les chants lents et presque murmurés se mêlent avec les instruments -notamment des percussions - nous plongeant ainsi dans une sorte de douce torpeur. On ne comprend pas tout, mais il doit y avoir un moment clef, car soudain tout devient plus fort et rythmé, tous semble presque possédés et prient/chantent d’une même voix, nous laissant juste ébahis par tous les sentiments qui se dégagent de ce moment. Et puis soudain tout s’arrête, les gens recommencent à parler entre eux et certains s’en vont, petit à petit la salle se vide. Nils et moi échangeons un regard complice, on se rend compte de la chance que l’on a eu de partager cela. Après avoir discuté un peu avec deux petites mamies, nous sortons à notre tour, à la fois plein d’énergie, mais calme.

Sans même se consulter, nous avons choisi de ne prendre ni photos, ni vidéo de ce moment. C’est dur à expliquer, mais c’était quelque chose d’unique, que nous voulions vivre à 100%, et aussi par respect pour ces personnes qui nous ont invité dans un de leur moment.

On discute avec un moine, et quelques habitants, qui nous invitent à regarder une compétition de tir à l’arc. Les arcs sont magnifiques, et fait-main. On sent la fierté des compétiteurs et l’on se mêle à la foule pour les encourager.
Après cela, nous rejoignons le centre de Manang, complètement ressourcés.

Annapurna - Népal

Annapurna - Népal

Annapurna - Népal

Annapurna - Népal

Jour 9, Manang (3540m) - Ledar (4200m), 3h de marche :

On profite une dernière fois des viennoiseries de Manang, et c’est le départ. Plus on monte, plus on voit d’hélicoptères de secours qui redescendent ceux qui ont le mal d’altitude.
Notre objectif de la journée est Yak Karka, mais on parcourt le chemin en seulement 1h30, soit la moitié du temps moyen. Du coup, on décide de poursuivre notre route jusqu’à Ledar, on ne peut pas vraiment dire que l’on respecte les 500 mètres d’acclimatation par jour conseillé, mais on reste à l’écoute de notre corps. Après une dernière bonne montée, on arrive au village, qui se constitue seulement de quelque bâtisses éparpillées, nous choisissons la lodge la plus loin : Churilattar Hotel (c’est toujours ça de route en moins le lendemain), accompagné comme souvent dans ce trek par des chiens qui font le chemin avec nous.
Dès que le soleil disparaît, le froid s’installe, et l’on multiplie les couches, les montagnes enneigées nous entourent, et notre objectif se rapproche !

Annapurna - Népal

Jour 10, Ledar (4200m) - Thorung Pedi(4525m), 2h30 de marche :

Nils a passé une nuit un peu difficile, ses poumons de fumeurs souffrent un peu de l'altitude, alors aujourd’hui la journée sera tranquille afin de voir si nous devons redescendre plus tard, mais pour le moment, le baume du tigre, le soulage beaucoup.
Ce n’est que de la montée dans un paysage semi-désertique, c’est très aride, et depuis Manang, les jeeps ne peuvent plus accéder si haut. On croise beaucoup de Sherpa qui porte des charges tellement lourdes sur le dos : entre 20-40 kg, ils amènent des biens en hauteur : nourriture, objets, gaz, … Et d’autres portent un ou plusieurs sacs de touristes. On est impressionnés, et dire que nos sacs nous semblaient lourds !
On arrive sous les coups de 11h, et décidons de nous arrêter là afin de s’acclimater. Demain, le plan est de monter jusqu’à Thorung la Pass, et ne pas dormir au High Camp afin d’éviter de dormir à trop haute altitude.
Le reste de la journée est donc tranquille, on réserve nos forces pour demain qui s’annonce rude, mais on atteindra enfin l’objectif du trek : Thorung la pass et ses 5416m.

Pour s’acclimater, certains profitent du temps libre pour commencer à monter jusqu’à High Camp et redescendre après.

Annapurna - Népal

Annapurna - Népal

Jour 11, Thorung Pedi(4525m) - Thorung la Pass (5416m) - Muktinath (3760m), 10h de marche :

Nous suivons les conseils d’un groupe de grimpeurs et partons à 3h30 du matin de Thorun Pedi. Il fait encore complètement nuit, et très froid, mais le ciel étoilé est juste magnifique. Le but est d’atteindre high Camp pour y prendre un petit-déjeuner et continuer le parcours. La montée est très raide et serpente à travers les rochers, en plus certains passages sont glacés, donc on est plus que prudents.
À l’aube nous arrivons au High Camp et prenons un petit déjeuner chaud pas trop lourd. Nous sommes complètement entouré de neige, et le soleil qui se lève sur la montagne est juste magnifique. Nous continuons notre route, et on doit traverser un chemin au bord du vide complément gelé. Je ne suis pas vraiment à l’aise, j’ai déjà du mal à marcher sur la neige (je ne suis pas vraiment une habituée des montagnes) alors sur la glace ! Heureusement, un gentil népalais tout sourire et complètement à l’aise m’aide à traverser. Je vois qu’il dépose même les sacs qu’ils portent à la fin et fait des allers retour pour aider d’autres personnes.
La montée jusqu’à Thorung la Pass semble sans fin, l’impatience est sûrement dû à l’objectif qui se rapproche. Et puis d’un coup, on y est : Thorung la Pass ! On est à 5416 mètres, c’est tout simplement incroyable ! On est pas peu fier de nous ! On retrouve des visages familiers, d’autres fondent en larmes et se serrent dans les bras. Nils et moi sommes tout sourire, on l’a fait !
Et puis vient le temps de la descente, et là c’est l’horreur pour moi qui commence. C’est plus dur de redescendre que de montée ! Tout en caillou, on glisse, il y a peu de prise, et puis le paysage aride nous plaît moyennement. Je me casse la figure deux trois fois, c’est au tour de Nils de prendre soin de moi !
On décide de descendre le plus possible, en parti, car les premières logdes que l’on voit ne nous plaisent pas trop et surtout, car je veux en finir en une fois afin de plus avoir de la descente le lendemain. On finit par arriver à Muktinath, qui est le plus gros village que l’on a vu depuis une dizaine de jour. On se fait plaisir avec un hôtel un peu plus cher mais où il y a de l’eau chaude (seul critère que l’on recherchait), on se jette dessous et on y reste bien trop longtemps pour vous avouer combien de temps. On est complètement épuisé, mais satisfait. Après un repas où l’on somnole à moitié dans les plats, on file se coucher pour un repos bien mérité !

Annapurna - Népal

Annapurna - Népal

Annapurna - Népal

Annapurna - Népal

Annapurna - Népal

Jour 12 : Retour sur Pokhara :

Plutôt, que de continuer à pied encore un certain temps, on décide de prendre le bus directement pour rentrer à Pokhara. En effet, le chemin est majoritairement de la route, et cela, nous plaît moyennement. En plus, la douche de la veille semble avoir marqué une certaine conclusion au trek, et on n’est « plus vraiment dedans » pour ainsi dire. On prend donc un premier bus jusqu’à Jomsom, et puis un autre interminable qui nous ramène à Pokhara. On a jamais été autant secoué que dans ce bus ! On est ressorti avec des courbatures et des hématomes !
Les paysages redeviennent de plus en plus verdoyants, cela fait du bien de revoir de la végétation. Après des jours passés en altitude, on a l’impression qu’il est très facile de respirer plus bas. Cela ne demande aucun effort, on comprend pourquoi certains sportifs s’entraînent ainsi ! On rejoint Pokhara dans la soirée, concluant ainsi le trek de l’Annapurna.

Annapurna - Népal

Annapurna - Népal

Annapurna - Népal

Le trek de l’Annapurna mérite sa réputation ! On en a prit plein les yeux avec ces paysages qui changent quotidiennement au fur et à mesure que l’on prend de l’altitude. Et puis surtout, c’est une très belle expérience à la fois sur le plan physique et morale, car il y a des moments durs, où la fatigue est là, mais nous oblige à se dépasser !
Aussi, on s’est senti plus proches des Népalais, qui vivent avec seulement ce qui les entourent, en harmonie avec leur environnement. Les voir ainsi, est une belle leçon de vie. On apprend aussi à savourer les petites choses qui paraissent banals dans la vie quotidienne comme un bon dîner bien chaud.
Vous l’aurez comprit on vous recommande complètement ce trek lors de votre séjour au Népal !

Alors envie de vous dépayser en faisant le trek de l’Annapurna ?

Blog Comments powered by Disqus.
5.0